La scolarité au Népal :

Trois types d'écoles cohabitent dans le pays : les écoles publiques, les écoles privées et les écoles "communautaires villageoises".

L'admission à l'école primaire se fait à l'age de 6 ans. L'école primaire regroupe les classes de 1 à 5. L'école secondaire regroupe ensuite les classes de 6 à 10. Un examen, le School Leaving Certificate, sanctionne le cycle secondaire et donne accès à l'enseignement supérieur (SLC +2). Celui-ci dure deux ans (classes 11 et 12) et se déroule dans un college. Ensuite le Master se prépare en 2 ans et le doctorat en 5 ans à l'université.

L'uniforme scolaire est obligatoire au Népal. Le port de la cravate est souvent obligatoire pour les garçons et les filles dès la 1ére classe des écoles privées.

Pour les bouddhistes l'éducation tient une place centrale. Apprendre et enseigner sont les devoirs primordiaux de chaque individu.

La situation à Sherpagaun :

Quatorze jeunes de Sherpagaun sont scolarisés de la classe 1 à la classe 10. Le Langtang a très tôt été traversé par des trekkeurs. Les familles de Sherpagaun, comme celles de la vallée, en ont profité pour entrer en contact avec des particuliers ou des organisations qui parrainent la scolarité de leurs enfants. Ceux-ci sont donc scolarisés dans des écoles privées, à Dunche (Le chef lieu du district de Rasuwa) ou plus souvent encore à Kathmandu. L'école de Sherpagaun qui accueillait les élèves de la classe 1 à la classe 5 est maintenant fermée depuis quelques années.

Cinq jeunes ont réussi leur SLC et sont en âge d'être scolarisés en classe 11 et 12 : Kulsang Tenzing, Nima Tsering et Tenzing Newar en classe 11 ainsi que Kanchhi Tamang et Nima Kelsang en classe 12.

Notre aide à la scolarisation pour l'année scolaire 2017-2018 :

Cette année, Nima Tsering et Nima Kelsang ne seront pas scolarisés. Ils resteront à Sherpagaun avec leurs parents. Tenzing Newar, dont les parents sont propriétaires d'un logde, a sa scolarité prise en charge par un parrain. Kulsang Tenzing et Kanchhi Tamang sont toutes les deux issues de familles parmi les plus pauvres du village. Celles-ci vivent encore sous des abris de bambou, de tôles et de bâches plus de deux ans après les tremblements de terre d'avril et de mai 2015. Elles ne disposent pas de parrain pour prendre en charge leur scolarité.

Notre objectif sur le long terme est de rescolariser les enfants dans une école de qualité dans la vallée plutôt que de les éloigner de leur famille et de leur culture en les scolarisant à Kathmandu. Nous avons néanmoins été à l'écoute des familles en difficulté et décidé de participer au financement de la scolarité de Kulsang Tenzing et Kanchhi Tamang, à leurs côtés, afin de permettre à ces dernières de boucler leur budget et de réussir à scolariser leur enfant comme elles le désiraient.